vendredi 14 octobre 2016

Le testament des abeilles, Natacha Calestrémé


Lecture dans le cadre des challenges :





Brusquement pris de démence, un homme sans histoire massacre sa famille avant de se suicider ; les habitants d’un petit immeuble du XIIIe sont décimés par un mal inexplicable… En quelques jours, une véritable hécatombe s’est abattue sur Paris et 26 adultes et 15 enfants ont trouvé la mort. Aucun lien apparent entre ces drames, sauf peut-être le dessin d’une fleur de lotus (symbole de pureté), retrouvé chaque fois à proximité des lieux. Secte, terrorisme, sadique, rien ne semble coller… jusqu’à ce que le major Yoann Clivel découvre un texte prophétique, écrit quatre ans plus tôt par un certain « Moine aux abeilles » et annonçant l’arrivée d’un élu : « L’année 1 du deuxième millénaire,
l’enfant éclairé de réponses croisera l’ombre, en une folie meurtrière… ». Ce « testament » énigmatique servirait-il de fil conducteur à un hypothétique assassin ?


Le major Clivel de la 3ième DPJ de Paris se rend sur une scène de crime : un père de famille sorti nu de sa douche a tué son pépouse et sa fille avant de se suicider d'une manière peu conventionnelle, ce qui fait douter le major. Puis les morts suspectes s'enchaînent, treize victimes dans un arrondissement de Paris, puis vingt-huit dans un autre. Deux enquêtes qui sont confiées a la Crim'. Mais le major qui trouve des similitudes dans ces morts inexpliquées collecte des indices sur ces affaires qu'il pense liées à sa propre enquête.

Commence alors une enquête classique, avec enquête de voisinage, et un indice attire immédiatement l'attention : un lotus symbolique gravé sur le mur du premier lieu, et tagué sur un mur ou sur une poubelle dans les autres affaires. Ce qui permet à l'équipe n'ayant pas divulgué cette information à lors collègues de garder une longueur d'avance, et de s'orienter vers le bio- terrorisme, les sectes, le chamanisme, les magnétiseurs.

Ce qui va amener les enquêteurs à s'intéresser de plus près à ces derniers, et découvrir une prophétie annonçant le déclin de l’humanité ; l'homme puisant trop dans les ressources de la Terre et modifiant la génétique, ce qui engendrera la disparition des abeilles et ainsi des espèces, et l'humain n'aura plus que quelques années à vivre.

En parallèle à l'enquête, l'on suit un psychothérapeute consulté via Internet par un patient agoraphobe et paranoïaque ; et bien que celui-ci révèle très peu de choses le concernant au fil des consultations de chaque semaine le médecin découvre la dangerosité de ce malade persuadé d'être la cible d'une prophétie.

Par le biais d'un magnétiseur qu'ils faisaient suivre ; les enquêteurs vont entrer en possession du document, introuvable sur le Net, l'enquête va prendre différentes orientations concernant le suspect, jusqu'à pour terminer remonter au patient du médecin.

Au départ avec une prophétie l'on pouvait s'attendre à ce que l'histoire verse dans l'ésotérisme, mais il n'en est rien, l'auteure reste centrée sur l'écologie, ses nouveaux courants. Le support scientifique est très intéressant travaillé en profondeur, il y a a dans ce récit un travail de fond préalable très poussé. Les explications sont toujours rationnelles et fort enrichissantes.

La psychologie des personnages a été travaillée en profondeur. Les interactions entre les différents protagonistes réfléchies, traitées en finesse. Toutefois on n'échappe pas au cliché du flic fainéant pour l'un, et aux fêlures que porte le protagoniste principal depuis son enfance. L'on a également droit à une romance qui se met en place, ce qui est bien dommage. Pourquoi les auteures doivent-elle se sentir obligé de passer par cette touche, et ne pas se limier à l'enquête ?

L'écriture de l'auteure est fluide, mais très précise ce qui permet au lecteur de visualiser le moindre détail et de s'approprier les scènes comme s'il était présent sur les lieux.

L'intrigue est menée de main de maître, complexe, se dévoilant tout au long du roman toute en crescendo jusqu'au point final.


Présenté comme un thriller, ce roman est en fait un policier classique mais avec un travail sur le fond plus poussé que dans certains livres du genre.       



1 commentaire:

Licorne a dit…

Goupil, j'ai lu ta chronique un peu en diagonale car figure toi que j'ai ce livre dans ma pal, j'ai rencontré cet auteure au salon de Vannes cette année et elle m'a bien vendu son roman ! Je reviens t'en parler quand je l'ai lu ! Merci