mercredi 13 février 2019

La forteresse de Katombé-Mongè de Momi M'buze Noogwani Ataye Mieko


Lecture dans le cadre du challenge :





Après avoir quitté la Cité-Etat de Nkoza, le cortège des réfugiés conduit par Nehesha finit par atteindre la ville de Mbosi qui était une position stratégique. Les sujets encore loyaux à l'empereur Sawati III se rallièrent Nehesha en se rendant à la forteresse de Katombé-Mongè. Nehesha constitua une armée afin de sécuriser le passage et la montée vers la forteresse, sur le parcours le cortège rencontra beaucoup d'obstacles et des preuves par lesquelles l'héroïsme d'un jeune homme les sauva tous d'une mort certaine. L'armée de l'Alliance qui fit tomber le pouvoir impérial, quant à elle, se préparait aussi à la guerre. Elle était en marche pour la forteresse de Katombé-Mongè forte de plusieurs milliers d'hommes provenant de plusieurs nations liguées contre l'empire Ntu. Deux armées allaient s'entrechoquer dans la plus effroyable des violences, celle des armes physiques et spirituelles. En dépit de la guerre qui arrivait Nehesha avait un tout autre chemin à emprunter, celui vers la Cité Sacrée d'Imboko, lieu de sa consécration comme monarque et chef de guerre. Certains secrets vont lui être révélés et changer à jamais la destinée des individus, des nations et de la Grande-Terre : Katiopa.


A la fin du tome précédent et suite au soulèvement de quatre jeunes nobles l'empereur avait du se réfugier à la forteresse de Katombé-Mongè. Des fidèles de l'empereur tente de s'y réfugier mais la coalition renforcée par des royaumes allié mais également d'envahisseurs ne rend pas la tâche aisée. Et dans ce présent volume l'on va suivre plus précisément une guerrière Nkosa qui à la tête de ses troupes conduit un convoi de réfugiés vers la forteresse.

Dans ce deuxième tome l'auteur développe un peu plus son univers de l'imaginaire africain en nous faisant découvrir son panthéon. On a également en fin du tome, à l'instar du premier opus, une petite touche de magie. Mais l'on peut regretter que l'auteur ne s’attache pas à nous faire découvrir plus en profondeur les us et coutumes des différentes peuplades.

L'auteur ayant essentiellement axé son récit sur la guerrière Nkosa les personnages secondaires ne sont pas assez présents et leur psychologie est complètement délaissée.

Hormis la bataille en fin de volume, les escarmouches et les batailles qui jalonnent le périple ne nous sont rapportés qu'en quelques mots et c'est dommage car le récit aurait pu avoir un peu plus de rythme. Il en est de même pour les dialogues qui sont presque inexistants et de ce fait le récit se traîne en longueur.

Comme dans le premier opus le style de l'auteur est lourd et maladroit, l'auteur se laisse dominer par une langue qu'il maîtrise insuffisamment. Des mots remplacent des noms proches en terme d'écriture et certaines phrases perdent tout leur sens. Les fautes d'orthographes sont légion, rares sont les phrases qui n'en contienne pas.

Cette fantasy africaine aurait pu être intéressant car cet univers n'est pas hormis cette trilogie n'est pas abordée, mais à l'instar de l'auteur le lecteur subit l'histoire sans parvenir à s'y immiscer.



vendredi 8 février 2019

Le ver à soie de Robert Galbraith



Quand l’écrivain Owen Quine disparaît dans la nature, sa femme décide de faire appel au détective privé Cormoran Strike. Au début, pensant qu’il est simplement parti s’isoler quelques jours – comme cela lui est déjà arrivé par le passé –, elle ne demande à Strike qu’une seule chose : qu’il le retrouve et le lui ramène.
Mais, sitôt lancée l’enquête, Strike comprend que la disparition de Quine est bien plus inquiétante que ne le suppose sa femme. Le romancier vient en effet d’achever un manuscrit dans lequel il dresse le portrait au vitriol de presque toutes ses connaissances. Si ce texte venait à être publié, il ruinerait des vies entières. Nombreux sont ceux qui préféreraient voir Quine réduit au silence.
Lorsque ce dernier est retrouvé assassiné dans de mystérieuses circonstances, la course contre la montre est lancée. Pour mettre la main sur le meurtrier – un tueur impitoyable, tel qu’il n’en a encore jamais rencontré dans sa carrière –, Strike va devoir d’abord percer à jour ses motivations profondes.
Roman policier haletant, rythmé par une véritable cascade de coups de théâtre.


L'affaire Lula Landry a permis à Strike d'acquérir une certaine notoriété. Mais à la demande de l'épouse d'un écrivain raté qui lui demande de rechercher son mari il n'hésite pas a accepter de partir à sa recherche malgré le fait que sa cliente n'a pas d'argent. L'homme, coutumier du fait, a disparu depuis une dizaine de jours. Mais le détective comprend vite que cette absence est préoccupante car il travaillait sur un manuscrit sulfureux qui visait tout son entourage. L'enquête va prendre une autre tournure quand il découvre le corps du disparu assassiné d'une manière des plus sordides. Une course contre la montre s'engage pour Strike avant que l'épouse soit incarcérée car tout laisse à croire pour la police qu'elle est coupable.

L'intrigue est plutôt bien ficelée, Strike multiplie les rencontres avec les gens qui gravitaient dans le milieu professionnel et personnel de la victime. L'enquête, au fur et à mesure de l'avancée du détective, nous offre des pistes multiple. A noter que l’histoire est plus original que dans le premier volet avec un univers qui se déroule dans le milieu littéraire. Si au début l'histoire tarde un peu à trouver son rythme de croisière, la fin quant à elle s'avère un peu trop rapide.

Dans ce deuxième volet des aventures de Cormoran Strike on en apprend un peu plus sur son passé. Ses hésitations ses doutes, et même sa fatigue le font paraître plus authentique et donc plus attachant qu'à sa première apparition. Les personnages secondaires sont tous très bien travaillés, leurs caractères sont pensés dans les moindres détails. Au fur et à mesure des interrogations de Strike chacun complète son propre portrait mais aussi celui des autres.

L'auteure aborde, avec la création littéraire une thématique fort intéressante car les interrogations du détective s'appuient sur les détails du manuscrit pour rassembler toutes les pièces du puzzle.

Le style de l'auteure est toujours aussi fluide, et l'on a l'impression que la liste des suspects est plus courte qu'en réalité.


Des personnages complexes, intrigants, une intrigue passionnante, un récit qui nous tient en haleine du début à la fin : tous les éléments sont réunis pour passer un très bon moment de lecture. 



samedi 2 février 2019

Espion de Dieu de Juan Gomez-Jurado


Lecture dans le cadre du challenge :



Rome, 2 avril 2005. Le pape Jean-Paul II vient de mourir. Les fidèles se pressent par milliers sur la place Saint-Pierre et prient pour l'âme du défunt tandis que le conclave se prépare à élire son successeur. Les cardinaux sont logés dans le plus grand secret au Vatican. Pourtant, trois d'entre eux manquent bientôt à l'appel... Leurs cadavres sont retrouvés, mutilés selon un rite bien précis. Les services du Vatican tentent d'étouffer l'affaire, mais une jeune et brillante criminologue italienne, Paola Dicanti, spécialiste des serial killers, mène l'enquête, aidée du mystérieux père Fowler, psychologue et ex-agent de la CIA. Il connaît le suspect et sa haine du péché. Il sait qu'il va encore frapper. Dès lors, comment l'arrêter ?


Alors que les cardinaux sont réunis pour élire un nouveau pape, l'un deux est retrouvé mort dans une église de Rome ; il a été sauvagement torturé. L'affaire est confiée à la criminologue Dicardi qui devra travailler en étroite collaboration avec un commissaire de la sécurité du Vatican. Alors qu’elle vient d'apprendre qu'un premier meurtre avait déjà eu lieu et que le Vatican avait tout fait pour étouffer l'affaire, un prêtre ancien membre de la CIA arrive et leur fournit le nom du meurtrier.
Avec la connaissance de l'identité du tueur, l'enquête consiste à comprendre les motivations du tueur afin de pouvoir l'arrêter. Mais la tâche ne va pas être simple du fait que l'affaire ne doit pas s'ébruiter surtout avec le nombre de journalistes présents pour l'élection du nouveau pape. Tout au long de l'enquête la marge de manœuvre de l'inspectrice sera entraver par les services du Vatican qui veulent à tout prix éviter qu'il y ait des fuites. Mais voulant à tout prix arrêter l'assassin de son équipier, et après avoir été écartée de l'affaire, elle poursuivra l'enquête aidée par l’énigmatique prêtre pour s'apercevoir que le meurtrier a été lui aussi manipulé.
Dans ce thriller somme toute assez classique sur le fond on assiste à quelques scènes particulièrement dures de l'assassin en pleine action.
La thématique de la pédophilie au sein de l'église catholique est bien traitée, l'on voit la manière dont l'église met tout en œuvre pour écarter les fauteurs pour qu'ils n'entachent l'image de l'église. Les mutant de paroisse en paroisse, offrant de fortes sommes d'argent aux parents des victimes, envoyant les coupables dans un centre de soins qui ne consiste qu'a les faire quitter l'église quand les choses vont trop loin. A travers le dossier apporté par le prêtre on a droit à quelques séances entre l'assassin et le personnel de l'institut aux méthodes contestées.

Malgré le fait que l'on connaisse rapidement l'identité du tueur l'intrigue est bien menée et est plutôt captivante. Les interactions entre les personnages et notamment ceux des deux services sont bien exploités. Le style de l'auteur, à la lecture, est agréable et l'ensemble du récit s'avère cohérent malgré quelques petites lourdeurs. Même si l'on est loin d'un best-seller le roman est de qualité : agréable à lire.