mardi 8 novembre 2016

Le Maître de Ballantrae, Robert Louis Stevenson


Lecture dans le cadre des challenges :




Le vieux Lord Durisdeer a deux fils qu tout oppose. Si l'aîné, James, qui porte le titre de Maître de Ballantrae, est un libertin impénitent, violent et séducteur, le cadet, Henry, est un pâle jeune homme au visage vieilli avant l'âge, cachant néanmoins une âme généreuse sous une apparence peu amène et morose.

Dans cette première moitié du XVIIIe siècle, le prince Jacques-Édouard Stuart débarque en Écosse pour chasser Georges II du trône d’Angleterre, déclenchant une guerre civile meurtrière. Dans cette lutte incertaine, les Durisdeer décident d'opter chacun pour un parti : l'un ira offrir son épée au Prétendant, et l'autre fidèle au roi Georges, restera au château. Le sort en ayant ainsi décidé, James rejoint le rang des rebelles, laissant Henry veiller sur Ballantrae. La bataille de Culloden met un terme à la rébellion , et l'écuyer de James vient annoncer sa mort. Pourtant, le souvenir du Maître de Ballantrae ne cesse de hanter les lieux. 


L'île au trésor, c'est de l'aventure à l'état pur !

Dr Jeckyll et Mr Hyde, c'est le fantastique avec le thème du bien et du mal !

Le maître de Ballantrae est une synthèse où l'aventure s'orne d'une aura mystérieuse et d'une ambiance très sombre, toutes deux issues des abîmes de l'âme humaine. On retrouve dans ce récit, moins connu de l'auteur toutes les différentes inspirations qui ont marqué les autres œuvres de l'auteur.

L'aventure en premier lieu car l'intrigue nous emmène sur les champs de bataille de cette guerre de pouvoir et de religion qui opposait les protestants du roi Georges aux catholiques du prince Charles. De l'univers de la piraterie au Nouveau Monde encore peu colonisé dans certaines régions où s'opposent les Anglais et les Français. D'un territoire encore sauvage aux mains des Indiens où l'aîné de deux frères a caché son trésor issu de son passage parmi les pirates. A plusieurs reprises des Highlands si chers à Walter Scott à l'Inde coloniale, l'auteur nous emporte dans des voyages merveilleux à travers des paysages merveilleux aux descriptions forts imagées qui permettent sans peine, au lecteur, de s'immerger pleinement en des lieux et des époques qui sont autant de découvertes.

En second lieu, le fantastique, avec cette lutte acharnée du bien contre le mal qui sur plus de vingt ans , par l'intermédiaire du régisseur du domaine de la famille qui nous conte l'histoire, opposent les deux frères aux caractères diamétralement opposés. Une rivalité qui ne va sans cesse grandissante entre ces deux êtres, que l'auteur, à un moment du récit, va même jusqu'à comparer la situation avec le récit biblique D'Esaü et Jacob, fils d'Isaac.

Deux frères aux caractères bien différents, l'aîné vif, courageux, flamboyant, préféré bien entendu du père, au cadet, effacé, terne, ennuyeux et qui n'arrive pas à tenir tête à son aîné. La guerre de religion, sur un tirage au sort puisqu'ils n'arrivent pas à se mettre d'accord, va amener Le Maître de Ballantrae à rejoindre les troupes catholiques qui subiront alors une lourde défaite où il sera déclaré mort. Pendant ce temps, le cadet gère le domaine et épouse la fiancée du premier, mais le sort va s'acharner sur lui, car l’aîné n'est pas mort et vit en France et va exiger de fortes sommes d'argent, puis lorsque son cadet va refuser de lui en envoyer il réapparaîtra au domaine où il se conduira envers son frère un véritable tyran à l'insu de tous, hormis du régisseur qui en pâtira aussi. Dans ce récit, où le drame familial prend le dessus sur le côté historique, le lecteur va suivre les tourments et scrupules du plus jeune des deux frères face au machiavélisme de l'aîné, de la fidélité de son père à l'aîné, du mépris de sa femme, mais aussi du voisinage qui le considère comme un traître.

Le combat entre les deux frères monte en intensité dans la majeure partie du récit. Une intrigue puissamment construite qui porte l'ensemble de l'histoire. Une histoire où le personnage le plus intéressant est bien entendu le méchant dont on ne percevra pas tout le mystère car le régisseur est au service du frère et a pris cause pour ce dernier. En effet, de ce personnage, dénué de scrupules, intelligent et calculateur, on ne sait pourquoi il veut à tout prix détruire son frère et sa famille. Si le plus jeune, dans la première partie du récit, est étouffé par l'aîné, il va, après une attaque, sombrer dans une sorte de folie vengeresse qui va le miner jusqu'à vouloir à tout prix en finir avec l’aîné qui disparaît et réapparaît à plusieurs reprises faisant monté l'intensité du récit au fil des changements de situation jusqu'à un final des plus intéressant qui mettra une fois pour toute à cet affrontement qui s'étale sur plus de vingt ans et qui se termine dramatiquement sur les rives de l'Hudson.

La plume de l’auteur est tout simplement magique, si le récit est complexe, tout en nuances et qu'il va au fond des choses, la lecture n'en ait pas moins aisée car le narrateur va a l'essentiel. Ce roman d'aventures, mais aussi psychologique fait susciter au lecteur nombre d'émotions de l'admiration au dégoût en passant par l'effroi et la pitié.

Bien qu'elle soit l'une des œuvres les moins connues de l'auteur elle est la plus aboutie. Le maître de Ballantrae est une perfection littéraire qui démontre tout l'art du conteur de Stevenson : un classique qu'il faut impérativement lire.






1 commentaire:

Licorne a dit…

Je ne connaissais pas du tout ce titre ... je note ! Ton enthousiasme m'a convaincu !