vendredi 19 janvier 2018

Les bruines de Lanester de Jean Failler


Lecture dans le cadre du challenge :




La découverte d'un clochard noyé dans le Scorff entre Lanester et Lorient, quoi de plus banal ? La disparition d'un directeur de société, ça arrive tous les jours ! Des loubards qui volent une voiture, cambriolent une maison... Routine que tout cela pour l'inspecteur Amédéo.

La vie s'écoule, simple et tranquille au commissariat de Lorient. Ou plutôt s'écoulerait, si une jeune femme, inspecteur stagiaire, ne s'avisait de vouloir contre toute logique, relier ces faits pour en tirer des conclusions pour le moins surprenantes.

Mary Lester parviendra-t-elle, dans cet univers d'hommes, à mener son enquête jusqu'au bout ?


Cantonnée a des taches purement administratives, l'inspectrice stagiaire Mary Lester alterne les permanences entre les commissariats de Lorient et de Lanester. Quand une femme lui signale la disparation de son mari elle ne peut s’empêcher de relier ce fait avec la noyade d'un clochard quelques jours plus tôt. Elle en réfère à son supérieure direct qui se moque d'elle en lui déclarant qu'il s'agit d'un accident et d'une fugue. La jeune femme qui déplore la misogynie dont elle est l'objet décide d'enquêter sur ces deux faits qui sont pour elle liés.

Les indices qu'elle va découvrir sautent aux yeux comme le nez au milieu de la figure : aucune finesse dans l'enquête qui paraît dater bien que rien ne vienne appuyé cette supposition. Certes on est dans un polar régional mais tout est lourd, lent, les recoupements d'informations son très simples et l'enquête des plus basique : on à l'impression d'être dans un très mauvais Derrick !

Certes l'auteur désirait mettre en avant sa protagoniste principale et faire ressortir la difficulté d'intégration des femmes dans un milieu alors purement masculin mais les autres personnages sont d'un caricatural des plus navrants. L'auteur est allé de manière grossière bien au delà des clichés auxquels ont est assez souvent confrontés dans ce type de polars du terroir. Le seul point intéressant de ce roman c'est les descriptions de Lorient et de sa banlieue mais malheureusement on est dans un policier et non dans un guide touristique.

La plume de l'auteur est simpliste, le ton voulu peut être humoristique est là aussi des plus désolants. Le roman est bourrée de coquilles et le français souvent approximatif.


Au final un polar de troisième zone bâclé tout comme l'enquête ou dés les premiers chapitres on connaît le coupable. Ce roman ne présente aucun intérêt.

  


Aucun commentaire: