vendredi 27 mai 2022

Le voleur de morts de Tess Gerritsen

 


Boston, 1830. Alors qu'elle veille à l'hôpital sur sa sœur mourante, Rose sympathise avec Norris, futur médecin d'origine modeste. Afin de financer ses études, ce dernier vole des cadavres dans les cimetières et les vend ensuite au marché noir. Quand une vague de meurtres sanglants secoue la ville, c'est sur lui que se portent tous les soupçons. De son côté, Rose comprend qu'elle est suivie et menacée...
De nos jours, dans le Massachussetts. Julia fait une découverte macabre dans son jardin : le squelette d'une femme assassinée plus d'un siècle auparavant. Intriguée, elle décide d'élucider ce mystère. Son enquête la mène sur les traces d'un homme surnommé le Faucheur.



Alors qu'elle bêche le jardin en friche de la vieille demeure qu'elle a acheté dans les faubourgs de Boston, Julia découvre une tombe. La médecin légiste date les ossements à plus d'un siècle, il s'agirait d'une femme assez jeune victime d'un meurtre.


L'histoire va nous projeter en 1830 pour suivre ce qui s'est passé à l'époque. Une jeune irlandaise accouche d'une fille, alors que sa sœur qui la veillait s'est absenté, elle révèle mourante à deux infirmières et à un jeune médecin le nom du père de l'enfant. Une à une ces trois personnes seront assassinées de manière effroyable.


Très vite, selon ses convictions, le policier qui mène l'enquête, accusera la jeune sœur de la défunte qui a découvert le premier corps, puis l'élève médecin qui a découvert le second corps. Des coupables idéaux sans chercher la moindre preuve. Une enquête très vite expédiée mais un contexte historique très intéressant avec de nombreux rebondissements. La partie scientifique sur les méthodes de travail des médecins de l'époque est bien documentée et très bien rendue.


De nos jours Julia va tenter de découvrir l'identité de la victime découverte dans son jardin par le biais de lettres que gardait l'ancienne propriétaire détenues par un vieux cousin.


L'auteure a pris l'option de s'attarder sur les faits du passé un peu au détriment des faits de nos jours que l'on aurait aimé voir un peu plus développés.


De nombreux personnages interviennent dans l'histoire ils sont tous très bien campés.


La plume de l'auteure est addictive, les événements se déroulent naturellement malgré quelques petites longueurs sur les détails hors événements marquants.


Le final est explosif avec un dénouement surprenant et où presque tous les questionnements du lecteur trouvent une solution.


Un excellent policier historique même si l'on regrette un peu le déséquilibre entre les deux périodes.




dimanche 22 mai 2022

Kaïken de Jean-Christophe Grangé

 


Quand le Soleil Levant devient un Soleil Noir, Quand le passé devient aussi tranchant qu'une lame nue, Quand le Japon n'est plus un souvenir mais un cauchemar, Alors, l'heure du kaïken a sonné.

Olivier Passan, de la Criminelle, est lancé dans la traque d'un insaisissable meurtrier, l’Accoucheur, qui éventre des femmes au terme de leur grossesse pour tuer leur bébé. Dans le même temps, ce flic tourmenté cherche à comprendre les raisons du naufrage de son couple : Naoko, sa femme japonaise, a demandé le divorce. L'histoire personnelle de Passan trouve des similitudes dans celle du serial killer, sorte de double monstrueux. Passan devra aller jusqu'à Tokyo chercher la clé de l'énigme...



Le commandant Olivier Passan, un accro du Japon, en instance de divorce avec son épouse Naoko, traque l'Accoucheur, un tueur en série qui éventre les femmes enceintes malgré l'interdiction de l'approcher. Après une tentative de fragrant délit qui tourne mal il est affecté aux statistiques, mais continue en coulisses à traquer le tueur bien que le dossier ait été affecté à un autre enquêteur.

Une nuit alors que tout le monde dort chez lui, leur chien est tué, éventré et traîné dans la chambre des deux enfants. Tout de suite il pense à l'Accoucheur, mais après le suicide de ce dernier, une amie de la famille est coupée en deux par un tueur mystérieux en présence de son épouse blessée mais qui parvient à s'échapper.



Ce roman nous offre donc deux enquêtes. Dans la première enquête on connaît dés le début l'identité du tueur, elle manque donc de suspense malgré une tension présente due notamment à l'acharnement du commandant qui n'hésite pas à franchir les limites.

La deuxième enquête, un peu plus consistante, va conduire le policier à découvrir des pans cachés de la vie de son épouse japonaise. Si dans cette enquête le suspense est bien présent, la fin n'est pas à la hauteur des attentes du lecteur.



Malgré une plume fluide, la lecture s'avère à certains moments quelque peu pesante à cause de passages qui ne servent pas les intrigues. La vie personnelle du personnage central et elle aussi un peu trop présente.



Le côté border-line du personnage central qui se rue dans tous les sens sans parfois vraiment réfléchir ne permet pas au lecteur à être en symbiose avec lui.



Malgré deux enquêtes différentes ce thriller ne parvient pas à convaincre le lecteur.  






L'évangile des assassins de Adam Blake

 


Qui aurait intérêt à faire disparaître des chercheurs spécialisés en paléographie ? C'est à résoudre cette énigme que s'attelle l'inspectrice Heather Kennedy. Elle va découvrir rapidement l'objet commun de leurs études : les manuscrits de la Mer Morte.
Leo Tillman avait une femme et trois enfants. Ils vivaient heureux jusqu'au jour où, rentrant de son travail, il a trouvé la maison vide et un mot : « Ne nous cherche pas ». Devenu mercenaire, il n'a de cesse de retrouver sa famille.
Les deux enquêtes vont rapidement se rejoindre. Voici Tillman et Kennedy tentant d'échapper à de sinistres assassins qui se réclament les descendants de Judas. Rien n'empêchera ces anges déchus de préserver le secret des manuscrits qui pourrait changer la face du monde... un secret qui entoure la mort du Christ.



Parce qu'elle veut témoigner contre deux de ses collègues, la Sergent Heather Kennedy se retrouve la cible de ses autres collègues et de sa hiérarchie. Son supérieur lui remet un dossier sur la mort d'un historien survenue trois semaines auparavant. Le dossier est des plus mince, les agents qui se sont rendus sur place ayant hâtivement conclu à une mauvaise chute.

En se rendant sur place avec son nouvel équipier, elle constate qu'il s'agit d'un meurtre maquillé en accident. L'enquête démontre rapidement que deux autres historiens qui travaillaient avec l'autre historien sur la traduction d'un texte ancien ont été eux aussi victime d'accidents.

Lorsqu'ils se rendent pour interroger l'informaticienne qui travaillait sur le projet, trois tueurs surviennent tuent la femme et son coéquipier, et elle même ne doit la vie qu'a un inconnu armé surgi de nulle part et qui prend les tueurs en chasse.



L'enquête menée par la policière croise celle de l'inconnu Léo Tillman un ex-mercenaire qui recherche sa femme et ses trois enfants disparus treize ans plus tôt. La piste qu'ils suivent vont les conduire sur les traces des manuscrits de la Mer Morte qui cachent un secret sur la mort de Jésus.



Un thriller ésotérique très bien orchestré avec de nombreux événements qui se succèdent avec notamment un étrange accident d'avion survenu en Arizona et des tueurs en permanence sur leurs traces qui donnent une excellente dynamique de lecture.



Les personnages sont bien campés, très déterminés à découvrir la vérité malgré les embûches qui se dressent sur leur chemin, et même si l'on a un peu de mal à cerner l'ex-mercenaire on vibre en permanence au fil de l'avancée de l'enquête ;



La plume de l'auteur est addictive et fluide, les événements s'enchaînant de manière naturelle.



Dans ce thriller ésotérique d'excellente facture on y trouve tous les codes du genre et on a envie de suivre la suite des aventures de ce duo qui fonctionne à merveille.




lundi 16 mai 2022

Zoo station de David Downing

 


Berlin, 1939. Ancien communiste, John Russell, travaille pour la presse anglo-saxonne. Lorsqu'un agent russe lui commande une série d'articles élogieux sur l'Allemagne nazie, destinés à la Pravda, dans le but de préparer le pacte de non-agression, Russell se montre d'abord réticent, puis accepte. Ses contacts avec Moscou et Berlin attirent bientôt l'attention des services secrets anglais. Après la mort mystérieuse d'un journaliste, Russell se retrouve possesseur d'un terrible secret. Pourra-t-il rester neutre face à l'horreur qui s'annonce ?


John Russel, un journaliste anglais, vivant en Allemagne depuis plus de quinze ans est abordé par un Russe. Ce dernier lui propose d'écrire des articles élogieux sur le parti nazi contre une forte rémunération.



En acceptant Russel met alors un premier pied dans l'espionnage avec des russes qui veulent un rapprochement avec Berlin, des Anglais qui veulent qu'il leur ramène des informations sensibles et l service de renseignements du parti qui voudraient en faire un agent double.



Le côté thriller est peu développé l'auteur ayant choisi de mettre en avant le côté historique.



Ce roman nous plonge dans une atmosphère angoissante avec la révélation, par un journaliste américain, d'un plan visant à exterminer les enfants déficients mentaux, la montée inexorable du nazisme et le début d’internement des juifs dans des camps bien qu'il leur soit encore possible pour certains de quitter l'Allemagne mais sans leurs biens.



Les personnages sont intéressants à suivre, le lecteur ne sachant pas pour la plupart de quel côté ils se placent dans le contexte politique de l'époque.



L'auteur a aussi très bien su rendre, à la veille de la guerre, l'interrogation du peuple sur son avenir.



Un roman rendu crédible par l'atmosphère de cette Allemagne de 1939 mais qui aurait gagné à avoir un côté espionnage plus poussé notamment pour la dynamique de lecture. 




lundi 9 mai 2022

Jours de glace de Maud Tabachnik

 


Des trombes d’eau. Un vent infernal. En quelques minutes, la petite ville de Woodfoll dans le grand Nord canadien est balayée par une tempête d’une violence inouïe. Plus d’électricité, plus de téléphone, un paysage de fin du monde.

Comme le reste de la région, la prison de haute sécurité n’a pas résisté à l’ouragan. La panne électrique a ouvert les portes, libérant quatre tueurs, parmi les pires de leur espèce, des violeurs, pédophiles et meurtriers récidivistes qui se retrouvent dans la nature.

Quand des cadavres sont retrouvés, sauvagement mutilés, les soupçons se portent forcément sur les évadés. Mais sont-ils les vrais coupables de ces atrocités  ? Lou Grynspan, ancienne profileuse de la police du Québec, mène une enquête aux frontières de la raison. Un voyage au bout de l’enfer qui va hanter ses jours et ses nuits…



Alors qu'elle vient d'être informée d'un meurtre et qu'elle s'apprête à se rendre sur place, la shérif Lou Grynspan est appelée de la toute nouvelle prison high-tech. On lui demande de venir d'urgence. Arrivée sur place elle apprend qu'à cause de la tempête, le système informatique qui régit l'entier fonctionnement de la prison a planté et les quatre plus dangereux criminels se sont échappés.


Commence alors une chasse à l'homme qui relègue l'enquête sur le meurtre de la jeune indienne au second plan.

Certes le récit nous donne les grandes lignes sur les deux affaires mais il aurait gagné à ce que l'on rentre un peu plus dans les détails, ce qui donne une impression d'inachevé.


Dans ce thriller l’intérêt principal de l'histoire n'est pas le côté policier mais l'immersion dans la culture amérindienne.


La traque es criminels s'effectue dans des conditions difficiles dues au climat de ce grand nord canadien, ce qui ajoute un plus à l'ambiance.


La tension entre les deux communautés transparaît tout au long du roman.


Hormis le personnage du shérif les autres personnages manquent un peu de profondeur.


Les chapitres sont courts ce qui donne une bonne dynamique de lecture.


Une première approche de l'auteure qui dans l'ensemble est plutôt bonne.




jeudi 5 mai 2022

Seuls les vautours de Nicolas Zeimet



A Duncan's Creek, petite communauté de l'Utah perdue entre montagnes et forêt, la disparition d'une fillette va faire resurgir secrets, soupçons et ressentiments

Dans une petite bourgade de l'Utah, un soir de l'année 1985, une fillette de cinq ans disparaît brutalement. Toute la communauté se mobilise: les quelques policiers du poste local mais aussi le médecin, un journaliste mais aussi les enfants du village. Des enfants qui ont l'imagination fertile et qui racontent d'étranges histoires. En suivant les destins croisés d'une dizaine de personnages, l'enquête progresse, les haines et les attirances se cristallisent alors que des découvertes bien réelles mènent à des événements qu'on croyait définitivement sortis des mémoires. Certains, en tous cas, auraient bien voulu les oublier. 



A Duncan's Creek, un des plus petits villages de l'Amérique profonde, Mandy Twitchell une jeune mère est paniquée sa fille Shawna cinq ans a disparue. Après avoir cherché un peu partout elle prévient le très controversé Dalton Hughes, le shérif du comté.

Pendant plusieurs jours des battues sont organisées, mais même l'arrivée du FBI et des gros moyens, rien ne permet de retrouver la fillette. Commence alors une enquête, le père de la fillette, une ordure neveu du shérif avait lui aussi disparu quelques mois plus tôt.



Une enquête qui est juste nommée, on suit pas pas à pas le travail des forces de l'ordre. En effet l'auteur a fait le choix de s'attarder sur quelques habitants qu'il nous présente de long en large, qu'ils occupent le premier plan du récit ou non.

Dans une communauté rigide sous influence mormone l'on suit le quotidien de plusieurs personnes, des policiers au médecin, en passant par l’institutrice ou le propriétaire du journal local. On a surtout le droit aux petits travers de chacun.



Les personnages sont bien campés, peut être même un peu trop car à certains moments du récit il arrive qu'ils frisent la caricature.



Le fait de s'intéresser aux personnes plutôt qu'a l'enquête, qui elle intéresse le lecteur, n'est pas sans créer certaines longueurs et annihile la tension du départ. Le lecteur intéressé pas ce qu'il s'est passé survolent les chapitres qui généralement ne présentent aucun intérêt.



On est plutôt déçu par ce roman d'ambiance présenté à tort comme un policier. 




mercredi 4 mai 2022

Romanzo criminale de Giancarlo De Cataldo

 


Le Libanais, le Froid, le Dandy, le Buffle, Patrizia : une belle brochette de malfrats a fait main basse sur Rome à la fin des années 1970. Pendant vingt ans, la " bande de la Magliana " mettra la capitale en coupe réglée. Loge P2, terrorisme noir, assassinats, corruption de politiciens, services secrets – rien ne lui échappe. Un roman épique passionnant sur l'une des plus puissantes organisations criminelles jamais démantelées en Italie.



Dans une Rome encore marquée par le fascisme, l'on suit une bande de petits délinquants qui franchissent un cap en enlevant un noble pour toucher la rançon. La rançon toucher, au lieu de partager, l'un des chefs propose de mettre l'argent en commun pour des actions de plus grande envergure.

C'est l’ascension d'une bande qui va prendre Rome sous sa coupe un peu à l'image de la mafia.



Avec ce roman noir l'auteur nous plonge au sein du grand banditisme qui vole, rackette, prostitue tout en gardant un certain code d'honneur.



Si la police en la personne d'un jeune commissaire au dents longues est bien présente et cherche à les faire tomber on ne peut pas parler à priori de véritables enquête. En effet le travail de la police ne nous est relaté avec un certain recul. L'auteur ayant plus axé le récit sur le quotidien des voyous, ce qui a pour effet de créer de nombreuses longueurs. Malgré une plume plutôt vive la dynamique de lecture s'avère plutôt lente.



Les personnages sont bien campés même si parfois certains traits sont un peu trop poussés et que l'on n'est pas loin de friser la caricature.



Un récit sombre loin du traditionnel roman policier .





mardi 3 mai 2022

La nostalgie du sang de Dario Correnti

 


Une série de crimes sauvages bouleverse Bottanuco, une petite ville du nord de l'Italie. Des cadavres de femmes mutilées, des signes de cannibalisme, des aiguilles disposées comme dans un rituel magique... Alors que la police se perd en fausses pistes et que l'insaisissable meurtrier continue de frapper, deux journalistes s'emparent de l'affaire : Marco Besana, un grand reporter menacé de retraite anticipée, et Ilaria Piatti, une stagiaire méprisée de la rédaction mais incroyablement douée pour traquer les coupables.
C'est Ilaria qui réalise qu'il pourrait s'agir d'un imitateur de Vincenzo Verzeni, le tout premier tueur en série italien de la fin du XIXe siècle. Mais qu'est-ce qui peut bien relier les victimes à ce tueur mort il y a plus d'un siècle ?



Besana, un journaliste d'investigation, que sa hiérarchie voudrait pousser vers la sortie, enquête sur un crime particulièrement spectaculaire. Une jeune fille a été retrouvée éventrée, la jambe rongée par le tueur, la bouche pleine de terre, ses organes mis en scène de manière particulière et près du corps sont disposés dix aiguilles.

Quand Ilaria Piatti, une stagiaire du journal, voit les photos elle informe Besana que la mise en scène correspond aux meurtres perpétrés un siècle plus tôt par le premier tueur en série de l'Italie.



Dans ce roman policier qui met l'accent sur l'investigation,l'enquête faite par les deux journalistes est particulièrement bien traitée et très complète. On suit pas à pas les indices trouvés et l'avancée de leurs recherches.



Le rythme est certes lent, du fait de l'absence d'action, mais les chapitres sont courts ce qui favorise tout de même une assez bonne dynamique de lecture.



Le récit alterne enquête et vie quotidienne des deux journalistes. Cette deuxième partie aurait gagné a être moins présente.



Quelques chapitres nous plongent dans le passé et nous font découvrir les faits qui se sont déroulés au 19e siècle.



Les personnages sont attachants, avec des caractères diamétralement opposés. D'un côté l'on a un journaliste chevronné et blasé et grande gueule, et de l'autre une jeune femme idéaliste et naïve : un duo qui fonctionne à merveille.



Une enquête prenante et maîtrisée de main de maître font de ce premier roman un excellent policier.





dimanche 1 mai 2022

Mars & Avril 2022

 

ACHATS MENSUELS Mars & Avril 2022

FORMAT PAPIER


    




Lecture effectuée


    

    









Rejoignent la PAL


FORMAT ELECTRONIQUE



Lecture effectuée



Rejoignent la PAL




EBOOK GRATUITS




Rejoignent la PAL




mardi 19 avril 2022

Les princes de Sambalpur de Abir Mukherjee



 

Échouer à prévenir l'assassinat d'un prince n'est pas un fait d'armes dont peuvent s'enorgueillir le capitaine Wyndham et le sergent Banerjee, de la police de Calcutta. Piqués au vif par cet échec, l'inspecteur et son adjoint décident de suivre la piste des mystérieuses missives reçues par le prince jusqu'à Sambalpur, petit royaume de l'Orissa, célèbre pour ses mines de diamants. Le vieux maharajah, entouré de ses femmes, et de dizaines de concubines et enfants, paraît très affecté par la mort de son fils aîné, et prêt à accepter leur aide. D'omelettes trop pimentées pour les papilles anglaises au culte de l'étrange dieu Jagannath, en passant par une chasse au tigre à dos d'éléphant, Wyndham et Banerjee seront initiés aux moeurs locales. Mais il leur sera plus compliqué de pénétrer au coeur du zenana, le harem du maharajah, où un certain confinement n'empêche pas toutes sortes de rumeurs de circuler. Au-delà du suspense, une plongée au cœur des petits royaumes de l'Inde traditionnelle des années 1920, et une subtile analyse de l'impossible coexistence entre Britanniques et Indiens. Dans la dangereuse moiteur de l'Inde coloniale



Alors qu'il se trouve à Calcutta pour une réunion des représentants des états libres pour discuter de la création d'un conseil sous l'égide de l'Empire britannique, auquel il est opposé, le prince héritier de Sambalpur vient demander l'aide du Sergent Banerjee. Il a trouvé, dans ses appartements au palais, des lettres l'avertissant que sa vie est en danger. Le Capitaine Wyndham, un ancien de Scotland Yard, souhaitant voir les lettres ils prennent la route pour l'hôtel où séjourne le prince. Mais sur le chemin un homme, vêtu en prêtre, se rue sur la voiture et abat le prince.

Les deux policiers retrouvent rapidement l'individu mais au lieu de se rendre il se suicide et les policiers ne peuvent l'interroger.

Pour les autorités britanniques l'affaire est close, mais pas pour le Capitaine Wyndham qui est persuadé que le commanditaire se trouve à Sambalpur


L'enquête consiste uniquement à soupçonner quelques proches de l'entourage du prince mais sans vraiment d'indices pouvant conduire au commanditaire. Une enquête qui se révèle somme toute plutôt décevante.


Plus que l'enquête en elle même c'est l'Inde de ce début de siècle que l'auteur a voulu mettre en avant et notamment un empire britannique qui veut tout mettre en œuvre pour contrôler l'ensemble du pays.


Un contexte fort intéressant mais l'on regrette que l'on évolue que dans les milieux très aisés sans rien connaître de la vie du peuple.


Un contexte donc limité, une enquête plutôt brouillonne mais un roman sauvé par les personnages principaux et une narration fort intéressante.




lundi 11 avril 2022

Les enfants de cendres de Kristina Ohlsson

 


Au milieu d'un train bondé, une petite fille disparaît. En dépit d'une centaine de témoins potentiels, personne n'a remarqué quoi que ce soit. Sa mère était descendue sur le quai pour passer un coup de fil, et n'a pu regagner le train à temps. Affolée, elle a alerté les contrôleurs qui ont gardé un oeil protecteur sur l'enfant endormie. Pourtant, à l'arrivée en gare de Stockholm, la fillette s'est volatilisée. On ne retrouve que ses chaussures sous la banquette...
Une équipe de police, assistée par l'enquêtrice Fredrika Bergman, est chargée de l'affaire. Mais quand l'enfant est découverte dans le nord de la Suède, morte, les mots « non désirée » inscrits sur le front, le dossier se transforme en cauchemar : un tueur impitoyable est dans la nature, et la petite Lilian n'est que la première d'une longue liste...


Un arrêt prolongé est annoncé pour la gare suivante, une mère descend sur le quai pour téléphoner laissant sa fille endormi sur la banquette. Sur le quai elle est abordée par une jeune femme qui lui demande de l'aide pour remonter son chien malade et le train repart sans elle. Elle prévient immédiatement le personnel de la gare qui préviennent à leur tour les contrôleurs du train. Le contrôleur qui veillait sur elle est contraint de l'abandonner quelques minutes une bagarre ayant éclatée dans le comportement voisin, à l'arrivée en gare de Stockholm la fillette a disparue.


Tandis qu'Alex Recht, le chef de groupe, et Peter Rydh deux policiers issus de l'école de police se focalisent sur le père de la fillette, en instance de divorce, Fredrika Bergman une policière intégrée directement du civil s’intéresse à la piste de la femme au chien.


L'enquête est très bien orchestrée, on suit pas à pas le travail des différents policiers que ce soit dans ses interrogatoires ou dans ses déductions. Une enquête qui change diamétralement lorsque les supérieurs de Bergman s'aperçoivent qu'il ne s'agit pas d'un cas isolé mais qu'ils ont à faire à un tueur en série.


Les thématiques abordées dans ce roman sont très fortes et très bien exploitées.


Les relations entre les enquêteurs sont maîtrisées de main de maître, notamment la difficulté pour Fredrika de s'intégrer dans un milieu misogyne de policiers de métier qui ne lui font pas confiance. L'auteure a su très bien mettre en avant la policière qui sera son personnage majeur de sa série.


Le style de l'auteure est excellent, fluide avec des chapitres courts qui donnent une dynamique de lecture de grande qualité.


Un excellent roman policier, addictif, qui donne envie de suivre la série des enquêtes de Fredrika Bergman.     



Le dresseur d'insectes de Arni Thorarinsson

 


Au lendemain de la grande fête des commerçants de Akureyri, la grande ville du Nord de l'Islande, on dénombre de nombreuses gueules de bois, quelques dépucelages, plusieurs agressions, plusieurs viols aussi. Mais une femme qui se présente sous le nom de Victoria demande à Einar, le correspondant local du Journal du soir, de se rendre immédiatement, avec la police, dans une "maison hantée" de la vieille ville: ils y découvrent le corps d'une jeune fille étranglée. Personne n'a signalé de disparition. Peu après, Einar apprend que son informatrice, entrée dans une clinique de désintoxication, a été assassinée. Fort de son expérience d'ancien alcoolique, il se fait interner pour mener son enquête. Résistant à la pression de son rédacteur en chef avide de sensationnel, il saura découvrir l'identité réelle des deux victimes, engluées dans des relations perverses, et impuissantes devant les puissances de la modernité qui transforment à marche forcée une société dans laquelle la famille a gardé toute son importance.



Un appel anonyme signalant des revenants da une vieille bâtisse abandonnée conduit Einar, un journaliste en quête d'articles à sensation, à y passer la nuit, mais rien ne se passe.

Quelques jours plus tard la femme, qui se dit médium, rappelle pour signaler qu'un meurtre a été commis dans la même maison. Einar s'y rend et découvre dans une baignoire le corps d'une jeune femme, il contacte aussitôt le commissaire qui est à la tête de la petite unité de police locale.


Quelques jours se passent et Einar apprend que la SDF médium, à qui il a prête son appartement à la capitale, a été assassinée le jour même où elle était entré dans une clinique pour une énième cure de désintoxication. Il se lance dans une enquête en parallèle de celle de la police.


Le roman met beaucoup de temps à démarrer et se focalise presque exclusivement sur le travail du journaliste sans que le lecteur puisse suivre celle de la police.

Une enquête donc survolée puisque l'on ne perçoit que les éléments que le journaliste parvient à récolter et le lecteur se sent un peu frustré.


L'auteur s'est beaucoup plus attaché aux relations entre les personnages et notamment de la vie privée du journaliste ainsi que des relations que sa fille venue passée quelques jours chez son père divorcée a en cette période de la fête des commerçants.


La plume de l'auteur est plutôt fluide si l'on excepte les longueurs de début de roman et du passage en soi disant cure du journaliste dans la clinique.


Un plicier somme tout moyen car le journaliste est surtout préoccupé par les articles qu'il doit écrire pour son rédacteur en chef plutôt tyrannique et ceci au détriment d'une véritable enquête.