samedi 11 janvier 2014

LES CENDRES D'AURANOS - MORGAN RHODES





La guerre approche… Choisissez votre camp
Cleo : La princesse gâtée d’Auranos s’embarque dans un dangereux périple en territoire ennemi à la recherche d’une magie que tous pensent éteinte.

Jonas : Un Paelsien rebelle, indigné par les injustices que subit son peuple, se retrouve à la tête d’une révolution qui grondait depuis des siècles.

Lucia : L’Enchanteresse, adoptée à la naissance par la famille royale de Limeros, devra découvrir la vérité sur son passé et apprendre à contrôler son héritage surnaturel avant qu’il ne la détruise.

Magnus : Le prince Limérien, élevé dans le sang, la violence et la soif de conquête, réalise que son cœur pourrait lui être bien plus fatal que la plus tranchante des épées.


Après des siècles de paix, une rumeur de guerre enfle entre les trois royaumes d’Auranos, de Paelsia et de Limeros.
Au centre de ce conflit naissant, un funeste souvenir : une sombre magie oubliée, sur le point de s’éveiller de nouveau.
Pour la maîtriser, tous les coups sont permis et seuls les plus forts, ou les plus rusés, s’en sortiront.


Pourquoi le choix de ce livre ?

Si j'ai voulu lire ce livre, c'est pour la couverture qui est sublime et les couleurs associées m'ont définitivement séduit. En lisant le résumé, j'ai découvert une analogie avec les Chevaliers d’Émeraude : une lecture jeunesse très distrayante et, c'est tout naturellement que j'ai commandé ce livre.

L’histoire commence doucement, par une prophétie : des sœurs sorcières enlèvent
un bébé qui selon la prophétie qui posséderait un magie pour retrouver les pierres à l'origine de l'Elémentia, une magie basée sur les quatre éléments. Puis on est projeté dans l'univers de Mytica, où on découvre une partie de l'histoire : trois peuples vivant en paix depuis des siècles vont s'affronter suite au meurtre d'un citoyen de Paelsia par un seigneur d'Auranos.

L'univers de l'auteur et la trame de l'intrigue sont bien maîtrisés, mais des plus classiques ; la magie quand à elle est des plus simplistes : on se croirait dans un roman des années 80 ou un scénario, peu inventif, d'un mauvais jeu de rôle.

Vraiment rien d'original ! 

Dans ce premier tome, nous suivons quatre protagonistes.

Une princesse du royaume d'Auranos capricieuse, au caractère entier et au mental d'acier. Un jeune Paelsien rebelle qui souhaite se venger du meurtre de son frère et qui se retrouve à la tête d'une révolution. Un personnage qui attire l'empathie du lecteur, car même ravagé par la rage et la haine, se retranchera en se posant des questions. Une enchanteresse, qui doit apprendre à contrôler son héritage avant que ce dernier ne la tue. Et son frère, élevé dans le sang, la violence et la soif de conquête par son père, le roi de Limeros. Contrairement à son père, il a un cœur qui d'ailleurs le perdra à plusieurs reprises.

Si le scénario est bien ficelé et que l'action débute sur les chapeaux de roue, le style littéraire fait définitivement perdre toute crédibilité à ce roman. Un style trop simpliste où les descriptions sont réduites au minimum, qui donne des personnages caricaturaux. L'écriture au vocabulaire trop simple et, l'alternance des scènes sanglantes avec les amours de midinette ne sont pas pour renouveler le niveau. On est loin de l'écriture d'Harry Potter ! On a l'impression de se rendre dans un restaurant quatre étoiles et que le chef nous a servi une boîte de conserve.

Un roman trop classique, aux rebondissements prévisibles, à l'univers trop pauvre, qui engendrent une lecture trop rapide.


Une belle couverture mais un goût d'un premier tome sans surprises !

Une belle couverture qui ne donne franchement pas envie de lire la suite !





1 commentaire:

Boo a dit…

J'ai une amie qui a bossé sur la traduction de ce livre et elle n'a pas arrêté de m'en dire du bien, du coup je l'ai dans ma PAL depuis sa sortie, mais ton avis me refroidit un peu ! Je le lirais c'est sur, mais comme je m'attendais à un livre vraiment génial, je vais l'aborder avec plus d’appréhension du coup ^^