mardi 2 septembre 2014

KELEANA L'ASSASSINEUSE – SARAH J. MAAS



Au royaume d'Adarlan, seule la secte des Assassins ose encore s'opposer au pouvoir du roi. Keleana, la plus célèbre assassineuse du pays, a été condamnée aux travaux forcés.

Pour gagner sa liberté, elle doit combattre dans un tournoi à mort dont l'unique survivant devra servir le roi pendant quatre années.

Mais les concurrents, l'un après l'autre, sont éliminés de façon mystérieuse et Keleana sent son tour venir. Manifestement, d'obscures forces magiques resurgissent dans la cité royale et la jeune fille, pour sauver sa peau, devra trouver des alliés à la cour même du roi.

Et jouer de toutes les armes dont elle dispose. Son entraîneur, le capitaine Chaol, et le prince Dorian qui l'a prise sous son aile sont-ils dignes de confiance ? En tout cas, ils ne sont pas insensibles à ses charmes...


L'AUTEUR

Sarah J Maas est née à New York en 1986, son premier roman Keleana à été publié alors qu'elle n'avait que seize ans.

Attiré par la couverture et les nombreuses critiques positives de l'ouvrage m'ont poussé à acquérir cette fantasy, quelque peu atypique, pour jeunes adultes.
Un tournoi pour désigner le Champion du Roi et une héroïne des plus dangereuses, voilà un postulat de départ qui s'avérait des plus prometteurs. Malheureusement, on est bien loin du Vieux sur la Montagne avec une héroïne qualifiée d'Assassineuse mais qui tout au long du roman s'avère une jeune fille en mal d'amour. L'auteur ne développe pas du tout son idée de départ, c'est à dire décrire une héroïne froide, implacable et sans cœur, non... elle nous livre une jeune fille faible émotionnellement,,avec des réactions puériles tout à fait classiques d'une jeune fille de son âge en manque d'affection.
L’héroïne est décrite dans certains commentaires comme une concurrente courageuse et impitoyable or l'auteur nous la présente en complet décalage sur fond de triangle amoureux, l'effet recherché dans le postulat de départ est totalement raté dans cette fantasy guimauve au parfum d'eau de rose. Keleana l'Assassineuse est une fantasy romantique digne de figurer dans la collection Luna des éditions Harlequin.
En effet, la majorité du roman s'attache plus à la romance qu'à l'action et pour preuve le tournoi. Un tournoi qui doit désigner le Champion du Roi qui n'est pas développé à la hauteur de nos attentes et dont les épreuves sont dignes de celles que l'on pourrait imposer à un jeune adolescent désireux de devenir écuyer, en dehors bien entendu du duel final qui heureusement vient un peu relever le niveau de cet opus.
L'auteure nous allèche également avec une carte qui nous présente un vaste territoire, mais le périple imposée à notre protagoniste et la menant de son lieu d'incarcération à la capitale dés le début du roman aurait été l'occasion à l'auteur de nous immerger plus profondément dans son univers. En effet, trois semaines et demi de voyage ne sont résumé qu'en quelques pages, on aurait aimé découvrir les paysages jalonnant le voyage des deux protagonistes principaux.
Et que dire du titre du cycle, le Trône de Verre, si l'auteur a voulu allécher les lecteurs avec une analogie au Trône de Fer, eh, bien c'est raté, on est effectivement loin de l’œuvre de Georges R. R. Martin.
Mais heureusement tout n'est pas noir dans cet opus, l'intrigue, même si elle est simple, l'intrigue concernant les meurtres mystérieux est assez bien menée et pousse le lecteur à s'interroger, le style de l'auteur est fluide et agréable à lire, le vocabulaire simple sans être simpliste.
Si l'on ressent avec Keleana l'Assassineuse un manque de maturité de l'auteure, on a toutefois envie de poursuivre la lecture des suites des aventures de l'héroïne, en espérant que celle-ci s'éloigne des intrigues amoureuses et privilégie l'action. Une lecture qui sans atteindre les sommets se veut divertissante et le but est finalement atteint.




1 commentaire:

Chikita 11 a dit…

La couverture et le résumé m'ayant attiré tout de suite, je m'appretais à le mettre dans ma wish list mais ta chronique m'a fait douté... Je vais aller voir sur d'autres sites pour avoir d'autres critiques et je déciderais à ce moment là ^^ En tout cas merci pour cette chronique ;-)