mardi 23 septembre 2014

L'OMBRE DE CAMELOT - SARAH ZETTEL


A dix-neuf ans la belle Rhian est en âge de se marier, mais aucun prétendant ne trouve grâce aux yeux de son père. Pour sauver la vie de sa mère, il l'a promise à un sorcier !
Rhian refuse d'être sacrifiée. Armée de son arc et de son courage, elle prend les rênes de son destin et s'enfuit.
Bien vite le danger surgit sur sa route. Le chevalier Gauvain, filant à bride abattue vers Camelot pour avertir son souverain des menaces de guerre, lui porte secours. Ensemble, ils se lancent à l'aventure pour sauver l'âme de Rhian... et le royaume.



L'AUTEUR

Sarah Zettel est née à Sacremento, en Californie en le 14 décembre 1966.

Elle a écrit quatre romans de science-fiction et de nombreuses histoires courtes de la SF, Fantasy et d'horreur. Elle a reçu le prix Locus en 1997 pour un de ses romans SF.


L'auteur reprend le mythe arthurien, en faisant preuve d'originalité, ici les personnages ne sont pas Arthur, Merlin , Guenièvre... mais Rhian et Gauvain, elle s'est inspirée de deux histoires moyenâgeuses : "Sire Gauvain et le chevalier vert" et "Sire Gauvain et la dame répugnante". Premier tome d'une série de quatre livres qui fait revivre au fils du roi Lot les grandes aventures des quêtes arthuriennes tout en y insérant sorcellerie et romance.

Si les histoires ne sont, certes, pas originales, manquent de souffle et que les rebondissements sont prévisibles, la plume de l'auteur est efficace, fluide et un grand luxe de détails achève de planter efficacement le décor. L'auteure parvient a insuffler un souffle nouveau dans la lutte entre les Saxons et les Bretons pour la possession de la Bretagne.

Le baron Rygehil des Morelands, ayant promis avant sa naissance sa fille, Rhyan, au sorcier Euberacon en échange de la vie de son épouse alors gravement malade, refuses toutes les demandes en mariage. Lorsque celle-ci découvre la vérité, elle s'enfuit et son chemin croisera celui du chevalier Gauvain.
Les personnages sont pleins de forces mais aussi de faiblesses qui les rendent particulièrement humains et accessibles. L'auteur donne une vision peu habituelle de Gauvain érigé, ici, en héros romantique et torturé. Si Rhian, refusant le sinistre sort qu'on lui réserve, fait preuve de caractère et ne baisse pas les bras même dans les pires situations, on aurait toutefois apprécié qu'elle s'affirme davantage. Quand au sorcier, il se révèle maléfique, prêt à utiliser toute la magie noire dont il est capable pour arriver à ses fins.
La première partie, comme dans tout tome introductif, est surtout consacré à la mise en place de l'univers, des personnages et à faire naître la romance entre les deux protagonistes principaux. Une histoire d'amour trop facile, leurs sentiments se dévoilant trop tôt, pour être réellement crédible.
La deuxième partie du roman et meilleure, plus sombre, plus grave emplie de magie noire et d'embûches pour nos infortunés héros. Cette deuxième partie est plus adulte, et l'auteur montre qu'elle possède une sacrée imagination en proposant une sorte de conte de fées sombre qui revisite avec bonheur quelques légendes populaires. Une deuxième partie pleine de rebondissement, de magie... c'est un vrai conte de fées.

Dans une quête d'amour et d'identité, l'auteur nous offre une très bonne réécriture des mythes arthuriens dans lesquels le lecteur se laisse entraîner facilement. Un premier tome sympathique qui malgré un fil conducteur, Camelot, peut se lire indépendamment des suivants. De la fantasy ultra classique mais qui saura certainement trouver son public et pourrait aux lecteurs ne connaissant pas le mythe arthurien de l'aborder d'agréable manière.







1 commentaire:

Boo a dit…

Ton avis donne vraiment envie. J'aime beaucoup la légende arthurienne et ça ne doit pas faire de mal de la voir sous un jour un peu différent !